Management martial

6 novembre 2010

« Bonjour Lodomar. Bon, j’espère que t’es dispo, j’ai deux-trois trucs sur lesquels il faut que je te briefe. »

« Euh, oui ? »

« Mon N+2 vient de m’envoyer une rafale dans les dents. Mais ils foutent quoi, tes petits soldats ? Sérieux, le projet devait être rendu la semaine dernière. Je vais les coller en corvée de latrines, moi, tu vas voir. »

« Ben on s’est fait attaquer par les appros, les délais n’étaient pas tenables, qu’il nous ont dit. »

« Mais tu te rends compte ? Pour qui ils se prennent ?! La chaîne de commandement avait bunkerisé l’affaire ! Pas moyen de rater notre cible, tu comprends ? Et tu as laissé faire, sans faire remonter l’info ? Les gradés auraient pu intervenir, là. »

« Bah oui, mais on bosse pas que sur ce projet, avec le squad. On a plein d’autres missions ! »

« Rien à taper. Je vous veux après-demain matin à neuf heures zéro zéro au garde-à-vous dans mon bureau et avec ce projet. Fini. D’ici là, toutes vos permissions sautent. Si vous avez besoin de gars en renfort, vous le dites, mais c’est une opération primordiale. Si ça foire, le missile que je me prendrai vous retombera dessus. Vous êtes prévenus. Soit c’est fait, soit vous vous faites aligner contre un mur et tirer comme des lapins. »

« Mais… »

« Pas de mais. Il y en a plein d’autres qui veulent s’engager et ont les tripes pour monter à l’assaut. Si vous n’y arrivez pas, c’est cour martiale et direct en dead-zone. Bien reçu ? »

« Euh… Cinq sur cinq… Mais… Vous pouvez pas faire ça. »

« Si. J’ai les gradés derrière moi. N’oubliez pas, les bleus : tant qu’on n’aura pas annihilé la concurrence sur ce segment, notre entreprise est en guerre. »

« Ouais… Et pendant ce temps, les pacifistes et les Casques Bleus iront pointer au chômage… »

Leave a comment