L’Enquête 2

18 septembre 2010

La nuit arrivait maintenant presque à son terme. Dans les rues où le pâle éclairage solaire allait bientôt faire oublier les rudes intempéries de la veille, vingt hommes en armes attendaient en silence. Plutôt tendus, alignés le dos aux maisons d’une large rue, ils observaient, immobiles, les faits et gestes de trois individus qui se tenaient, l’écharpe blanche en bandoulière, à l’autre bout de la voie.

« Une chance qu’on vous soit tombé dessus, lieutenant Nitharl… »
«
Pourquoi, Taelhien, tu n’apprécies pas tes classes avec le capitaine Brorg ? »
«
Si si ! Bien sûr ! »

L’empressement du jeune elfe à répondre pour ne pas se faire réprimander fit sourire les deux vétérans de la Garde Blanche. Le vieil Ork fixa le lieutenant dans les yeux. Le regard vif de Nitharl faisait des ravages chez les femmes et emplissait de doute les plus coriaces, mais l’humain savait bien que Brorg était plus fort que lui à ce jeu-là. Le capitaine répéta sa question :
« Tu en es absolument certain, Nitharl ? »
«
Parfaitement, mon capitaine. On est tombé sur un type cet après-midi. Il voulait quitter la ville et se donnait beaucoup de mal pour cacher une bourse bien dodue dans ses vêtements. Pas assez de mal, à mon avis. Comme il n’avait pas de mandat marchand, on l’a un peu interrogé. Il a avoué avoir trouvé du matériel bizarre sur le cadavre d’un homme dans une grotte près du golfe de Thérys. Il a dit avoir vendu un anneau, des parchemins incompréhensibles, une toge blanche et qu’il a jeté tout le reste. Oui, capitaine, on a déjà vérifié. Le « rebut » n’y étaient plus. Il a ensuite balancé le nom de ses acheteurs. Les deux premiers, pour le vêtement et le bijou, étaient corrects. Même si rien n’était arcanique, ils ont accepté de se débarrasser des objets, sachant que ça aurait pu appartenir à un mage. »
«
Bien. De bons citoyens. Et le dernier ? »
«
C’est cet aubergiste. J’allais le voir avec les miliciens quand on vous a croisé, capitaine. M’est avis que si vous vous intéressez aussi à lui, c’est qu’il est louche. »
«
Parfaitement. Ton receleur de colifichets est un don du Père, sais-tu ? »
«
Ah ? Mais je ne vois pas comment… »
«
Il nous donne la solution d’un décès que j’ai bien fait de soupçonner magique. Et en fait, c’est un meurtre. J’ai cru reconnaître une forme de malédiction bien retorse qui vient du Darsem et… »
«
Euh… C’est vous qui avez eu connaissance de ces saletés par le passé, pas moi. Je n’aime pas entendre les voies opposées au Père… Alors, reprenons, voulez-vous ? Quelle est la raison du meurtre ? »
«
Aucune idée : inimité, dette, vengeance, que sais-je ? Peu importe la raison, au fond. L’acte est là. Et ce Faune paiera cher son hérésie. En position. Je le veux vivant. »

Alors que le Berceau s’éveillait, ce matin-là, un aubergiste manquait à l’ouverture de son troquet. Son gagne-pain, en déficit total, fut fermé le temps de retrouver un repreneur. Ce dernier devrait également, après le rachat, prendre en charge les nombreuses réparations dues au violent passage de la milice et de la Garde Blanche. L’énergique arrestation ne laissa le temps de réagir ou de comprendre ce qu’il se passait à aucun membre du voisinage.

Si quelqu’un avait assisté aux préparatifs et à l’assaut, il aurait compris le surnom de « Garde Rouge » dont on affuble dans leur dos les Saints Gardiens de la Doctrine du Père. Mais les témoins restaient rares, ou silencieux.

On n’entendit plus jamais parler de ce nain alcoolique et miséreux, à part pour se rappeler avec nostalgie du temps où un petit barbu imbibé braillait des insanités dans la rue. Tout le monde pensait qu’il s’en était allé ailleurs. C’était un peu vrai, mais pas dans le sens commun : seule la Garde Blanche, qui l’avait vu mourir de si atroce façon, savait.

Quant au Faune, personne n’osa poser de question à son sujet, et on se força à l’oublier bien vite. Poser des questions au sujet de ceux qui eurent affaire à la Garde Blanche attire des problèmes ; et le petit peuple en a déjà bien assez comme ça.

[Nouvelle écrite en 2006 pour l’univers de jeu de rôle Le Monde du Père]

Pages : 1 2

Catégories : Med-Fan  Nouvelles  Petits Riens

one comment

  1. Merci pour ce bon moment de depaysement !

    Arfy, 21 septembre 2010

Leave a comment