Qui, moi ?

13 novembre 2010

Détournons un peu de Bernard Werber, il le mérite :

Entre
Qui je suis,
Qui je veux être,
Qui je crois être,
Comment je me vois parmi vous,
Ce que vous avez envie que je sois,
Ce que je représente pour vous,
Comment vous me voyez
Quand je m’éloigne de ce que vous croyez être moi et
Qui je suis finalement pour vous…

Il y a au moins huit possibilités de finir névrosé.

Mais nous allons essayer de vivre en société quand même…

Les années passent, et je me pose des questions sur l’évolution de l’être par rapport à un environnement donné. Généralement, la vie en société nous pousse vers l’amélioration, que ce soit par le caractère, la perception du monde, la religion, le monde professionnel, la course aux savoirs ou à la possession. Je me demande parfois comment pondérer les éléments constitutifs de l’identité. Il resterait alors trois options à l’être humain :
- s’améliorer
- stagner
- se laisser aller à la vertigineuse chute qui nous mènera hors de la société

En essayant de devenir meilleur ou en nous laissant aller, nous changeons et perdons en la modifiant notre identité profonde.
En essayant de rester nous-mêmes, notre identité évolue uniquement vers ce que nous croyons être, donc vers une erreur.
Comment alors concilier la vue personnelle et celle de la société ?

La solution froidement logique serait de ne plus nous poser la question, et de nous considérer parfaits tels que nous sommes. Ce qui entraînerait l’illusion de l’identité, et plus encore, sa destruction, puisque nous ne comparerions, ni ne confronterions plus rien.

Nous serions en train de devenir des mollusques globaux. Finalement, ce n’est pas nous qui devrions nous considérer parfaits tels que nous sommes. La perfection ne serait-elle pas recelée dans le doute, dans notre questionnement incessant destiné à nous replacer dans cette société éternellement en mouvement ?

Certains penseurs prônent la destruction du « moi » et de la définition individuelle.

Pour ma part, je suis heureux dans leur éternelle reconstruction.

Catégories : Petits Riens

Leave a comment